Remboursements de soins à fin avril 2022

Les remboursements de soins du régime général et anciens affiliés RSI évoluent de +8,9% (1)  sur les douze derniers mois, dans un contexte toujours marqué par le dynamisme des dépenses liées à la crise sanitaire.

A fin avril 2022, les dépenses de soins de ville augmentent de 8,8% sur les quatre premiers mois de l'année et de +8,5% sur les douze derniers mois.
Parmi ces dépenses, les remboursements de soins médicaux et dentaires sont en hausse de 0,6% sur le premier quadrimestre et de 4,1% en rythme annuel.

  •  Les remboursements des soins de généralistes augmentent de 0,5% sur les quatre premiers mois et progressent de 0,9% en rythme annuel.
  • Les remboursements de soins spécialisés diminuent de 0,7% sur les quatre premiers mois et augmentent de 3,5% en rythme annuel.Les remboursements des soins dentaires diminuent de 0,6% sur les quatre premiers mois. Sur les 12 derniers mois, leur évolution est de +3,2%.
  • Les remboursements de soins d'auxiliaires médicaux évoluent de +4,1% sur les quatre premiers mois et de +6,6% sur les douze derniers mois.
  • Les soins des infirmiers augmentent de 6,4% sur les quatre premiers mois (+6,1% sur douze mois). Sur les douze derniers mois, une grande partie de l’augmentation des remboursements de soins infirmiers s’explique par l’activité de prélèvement pour les tests PCR et antigéniques.
  • Les soins de masso-kinésithérapie évoluent de +0,8% sur les quatre premiers mois (+8,1% sur un an).

Par rapport au premier quadrimestre de l'année précédente les remboursements d'analyses médicales sont en recul de 8,5% (en hausse de 4,4% sur les douze derniers mois), ce qui s’explique par une diminution du nombre de tests réalisés et une baisse des tarifs des tests PCR le 15 février.

Les remboursements de transports évoluent de +9,3% sur les quatre premiers mois (+17,5% sur douze mois).

Sur le premier quadrimestre 2022, les versements d'indemnités journalières se sont accrus de 19,8% (+2,6% sur douze mois). La dynamique des indemnités journalières a été extrêmement heurtée depuis le début de la crise sanitaire. Les dépenses d’indemnités journalières ralentissent en avril 2022 mais demeurent soutenues malgré la décrue de la 5e vague épidémique. Ces dépenses, très sensibles au contexte épidémique, réagissent néanmoins avec environ un mois de retard aux évolutions des contaminations, compte tenu des délais liés à la liquidation de ces prestations.

Les remboursements des médicaments progressent de 19,1% sur les quatre premiers mois (+17,0% sur douze mois).

  • Les médicaments en ville augmentent de 9,1% sur le premier quadrimestre (+8,7% sur un an). Cette dynamique s’explique notamment par la prise en charge de nouveaux traitements onéreux et le changement de circuit de distribution de certaines molécules des pharmacies hospitalières vers les officines de ville.
  • La rétrocession hospitalière  diminue de -4,8% sur les quatre premiers mois (+0,4% sur douze mois). Les évolutions souvent heurtées de ces dépenses traduisent généralement des flux nouveaux entrants (arrivée d’une nouvelle molécule onéreuse) ou sortants (modification du circuit de distribution d’un médicament, redirigé vers les officines de villes).
  • Les remboursements de tests antigéniques progressent de 208% sur les quatre premiers mois. Cette évolution est le reflet de la 5ème vague de l’épidémie du COVID-19 portée par le variant Omicron.

Les remboursements au titre de la LPP progressent de +1,7% sur les quatre premiers mois (+5,2% sur douze mois).

Sur les douze derniers mois, les versements aux établissements évoluent de +9,3% pour les établissements publics et de +9,2% pour les établissements de santé privés. L’évolution mensuelle des remboursements est très contrastée selon le secteur, privé ou public (respectivement -11,7% et +16,9% par rapport à avril 2021). Ces évolutions sont le reflet d’une liquidation atypique liée à la publication tardive des tarifs annuels hospitaliers tant en 2021 qu’en 2022, rendant  des données mensuelles peu interprétables.

Au total, les dépenses de remboursement du régime général augmentent de +8,9% en rythme annuel, en données corrigées des jours ouvrables.

(1) Hors avances sur Dispositif d’Indemnisation pour Perte d’Activité (Dipa) et remboursements forfaitaires - comme le forfait patientèle médecin traitant, ROSP…