L’Assurance Maladie apporte un soutien financier à des associations proposant des services d’écoute aux étudiants

02 avril 2021
Bloc(s) de contenus: 

La crise sanitaire impacte la santé psychologique des Français, et particulièrement celle des étudiants. Selon la dernière enquête de l’Observatoire de la vie étudiante. (1), 29 % d’entre eux présentent des signes de détresse psychologique.

Depuis plusieurs semaines, en complément des actions du gouvernement, l’Assurance Maladie consolide son action en faveur de la santé des jeunes, et plus particulièrement des étudiants.

L’Assurance Maladie apporte en premier lieu un soutien financier à des associations proposant des services d’écoute, de soutien et d’information à destination des étudiants : la plateforme d’accompagnement psychologique de l’association SPS et le service d’écoute nocturne de l’association Nightline.

L’association SPS assure depuis sa création en 2015 une assistance psychologique aux professionnels de santé, avec le soutien financier de l’Assurance Maladie. Cet appui supplémentaire lui a ainsi permis d’étendre depuis début janvier 2021 son action aux étudiants, via :

  • son numéro vert (0 805 23 23 36 ouvert 24h/24 et 7/7) ;
  • l’application gratuite « Asso SPS » ;
  • son réseau national du risque psycho-social composé de psychologues, médecins généralistes et psychiatres (plus d’informations sur https://www.soins-aux-etudiants.com).

L’Assurance Maladie vient également d’apporter, au 1er avril, son soutien financier à Nightline, service d’écoute nocturne assuré par des étudiants à destination des étudiants. Ce soutien permet à l’association de poursuivre son déploiement au niveau national et de mieux prendre en charge un volume d’appel en forte progression (de 21h à 2h30 du jeudi au lundi, par tchat ou par téléphone, avec différents numéros selon la ville de l’étudiant, plus d’informations sur https://www.nightline.fr/accueil).

Ces services offrent une première prise en charge, par des pairs ou des professionnels, pour les étudiants en situation d’anxiété, de stress ou de crise. En l’absence de signes appelant une prise en charge urgente (risques suicidaires ou symptomatologie sévère), ces plateformes peuvent :

  • orienter l’étudiant vers un médecin (traitant, généraliste, d’un service de santé universitaire, etc.) ;
  • l’informer des dispositifs existants, tels que le « chèque psy étudiant » mis en place par le gouvernement.

Par ailleurs, en lien avec l’association PSSM France et le ministère des Solidarités et de la Santé, l’Assurance Maladie déploiera au premier semestre 2021 un projet pilote permettant, dans chaque région, de former des intervenants auprès de jeunes, en particulier en situation de précarité, à dispenser des premiers soins en santé mentale, sur le modèle du secourisme.

Depuis l’intégration de 2,8 millions d’étudiants au sein du régime général à l’automne 2019, et avec près de 7 millions de jeunes de 16 à 25 ans parmi ses assurés, l’Assurance Maladie fait de la santé des étudiants, et plus largement de la santé des jeunes, une priorité.

Face à la crise sanitaire, l’Assurance Maladie accompagne particulièrement cette population. Depuis le mois d’octobre, là où il existe des pôles universitaires, les caisses primaires d’Assurance Maladie mettent à disposition des Crous et des services de santé universitaires des masques et des produits d'hygiène (gels hydro-alcooliques et lingettes) à distribuer aux étudiants.

Elles participent aussi à des évènements, organisés par des partenaires, de distribution de repas solidaires notamment, qui permettent de faire du repérage de situations de fragilité, de difficultés d’accès aux soins ou de renoncements.

Afin d’améliorer les synergies de l’ensemble des acteurs en matière d’information, de programmes de prévention et d’accès aux droits et aux soins des étudiants, l’Assurance Maladie signera très prochainement une convention de partenariat. Cette convention associera notamment le ministère de l’Enseignement supérieur, de l’innovation et de la recherche, et le ministère des Solidarités et de la santé.

[1] OVE Infos, La vie étudiante au temps de la pandémie de Covid-19 : incertitudes, transformations et fragilités, septembre 2020