Santé bucco-dentaire : les enjeux d’une consultation régulière pour les jeunes Tarn-et-Garonnais

25 mars 2021
CPAM du Tarn-et-Garonne
Bloc(s) de contenus: 

M'T DENTS : UN RENDEZ-VOUS ET DES SOINS OFFERTS

Alors que le contexte sanitaire a entrainé de nombreux renoncements ou non-recours aux soins, y compris de soins dentaires, les acteurs de la prévention bucco-dentaires restent mobilisés pour sensibiliser les habitants du Tarn-et-Garonne aux enjeux d’une visite régulière chez le dentiste.

La caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) du Tarn-et-Garonne, l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) et la Mutualité française Occitanie coordonnent des actions sur le territoire pour inciter les plus jeunes à bénéficier des rendez-vous M’T dents chez le dentiste. L’occasion, à l’approche de la journée mondiale de la santé bucco-dentaire le 20 mars, de revenir sur ces actions.

M’T dents : dès 3 ans et jusqu’à 24 ans !

Douloureuses, inconfortables, les conséquences d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire sont diverses. Une consultation régulière de son chirurgien-dentiste permet d’empêcher la détérioration de la dentition, de surveiller la mauvaise haleine et de contrôler la santé de ses gencives.

Afin de limiter les actes effectués en derniers recours, souvent plus douloureux et plus coûteux, l’Assurance Maladie mise, à travers les rendez-vous M’T dents, sur une visite régulière des jeunes patients chez un chirurgien-dentiste mais également sur des soins préventifs qui permettent d’éviter la réalisation de soins plus lourds à terme.

Désormais dès l’âge de 3 ans, le premier rendez-vous permet d’évaluer le risque carieux de l’enfant et de mettre en place des soins préventifs adaptés. Ce premier rendez-vous basé sur l’échange lui permet de découvrir et de se familiariser avec le cabinet du dentiste et les appareils qu’il utilise.

Pour les plus grands, l’extension des rendez-vous M’T dents aux 21-24 ans permet de pallier le renoncement aux soins, fréquent à cet âge. En effet, les jeunes adultes attendent bien souvent d’avoir mal, ou bien renoncent aux soins pour des raisons souvent financières, par désintéressement, ou encore en raison des souvenirs désagréables laissés par les rendez-vous dentaires de leur enfance.

Pourtant, cette tranche d’âge reste particulièrement concernée et ces jeunes doivent être sensibilisés à consulter plus fréquemment, notamment en raison de la consommation d’alcool, de tabac ou encore en cas d’alimentation déséquilibrée. Autant de comportements susceptibles de nuire à la santé buccodentaire (mauvaise haleine, coloration des dents, gingivites, etc.).

M’T dents : en bénéficier, c’est facile et offert !

Un mois avant la date anniversaire de l’enfant pour ses 3, 6, 9, 12 et 15 ans ou du jeune adulte pour ses 18, 21, 24 ans, un formulaire M’T dents, valable un an, est envoyé par courrier.

Il convient ensuite de prendre rendez-vous chez un chirurgien-dentiste (en ville ou à l’hôpital) dans l’année qui suit l’envoi du formulaire. La carte Vitale mise à jour et le formulaire M’T dents suffisent pour ne pas avoir à payer le rendez-vous et les soins consécutifs.

Les écoles du département investies dans les actions de sensibilisation menées au plus près des jeunes

Dans les classes de CP en zones défavorisées du Tarn-et-Garonne, près de 250 enfants de 6 ans ont été sensibilisés à la bonne hygiène bucco-dentaire, à l’importance d’une visite régulière chez le dentiste et à l’impact de l’alimentation sur la santé bucco-dentaire. 90 enfants ont pu bénéficier d’un dépistage dans l’enceinte de l’école.  

Ces initiatives spécifiques au niveau local ont été déployées dans les écoles du département, comme en témoignent les institutrices de l’école maternelle de Dieupentale, Mme Février et Mme Raymond, ainsi que Mme Agrech de l’école primaire de Birac, à Montauban.

En quoi le programme M’T dents complète l’enseignement proposé en lien avec la thématique santé ?

Ces interventions ont bien complété la thématique hygiène présente dans le domaine "éducation à la santé". L’apport du matériel (brosses à dents, fausse mâchoire, grosse brosse à dents, etc.) a permis aux élèves des manipulations que les enseignantes n’ont pas l’occasion de faire sur le temps de classe ordinaire.

Quels sont les messages principaux à retenir ?

La présence de l’infirmière scolaire et ses explications ont permis aux élèves de dédramatiser le premier rendez-vous chez le dentiste. Les élèves ont pris conscience de l’importance de faire attention à son alimentation, afin de préserver son hygiène bucco-dentaire.

Que diriez-vous concernant les connaissances acquises par les enfants ?

Les grandes sections ont retenu la durée du temps de brossage et le geste. Pour les maternelles, le temps d’apports théoriques est intéressant, mais il serait nécessaire de laisser plus de de temps à la manipulation (hors période de crise sanitaire).

Pour quelles raisons, vous recommanderiez ce programme à des collègues ?

Le discours d'un professionnel a intéressé les enfants et leur écoute a été très attentive. De plus les supports pédagogiques variés (petit livret, le diplôme, le cadeau d'une brosse à dent et gobelet) sont bien adaptés et très motivants pour retenir les messages.

Ce dispositif d’accompagnement a été déployé grâce à l’intervention de chirurgiens-dentistes, tels que le docteur Alix Babin, chirurgien-dentiste de la Mutualité française de la Haute-Garonne et le docteur Maryse Blaise, chirurgien-dentiste de l’UFSBD 82.

Quels sont les intérêts d’une séance de sensibilisation en amont ?

Pour un apprentissage optimal, nous savons que la répétition de l’information est primordiale. Pour l’enfant, une séance de sensibilisation réalisée en amont de la séance de dépistage permet d’ancrer ses connaissances de manière ludique, mais également d’aborder le sujet des soins dentaires, souvent anxiogènes, dans un environnement connu et rassurant.

De plus, d’autres sujets en lien avec la santé bucco-dentaire sont abordés, tels que la nutrition, à propos desquels le chirurgien-dentiste n’est pas spécialiste. Il est plus judicieux de confier ces sujets à un professionnel de la prévention.

Quelles sont les valeurs d’un tel programme pour les enfants, les familles et les enseignants ?

Les automatismes d’hygiène nécessaires à une bonne santé bucco-dentaire ne sont malheureusement pas acquis dans nombre de foyers français. Le programme M'T dents permet aux enfants un accès à ces connaissances et une possibilité de prendre en main leur propre santé bucco-dentaire. De plus, le fait que ce programme soit suivi de manière collective par la classe leur permet d’être plus impliqués par rapport à des conseils donnés de manière individuelle hors cadre scolaire.

Quels constats pouvez-vous faire suite aux dépistages ?

Les retours sont très positifs, autant de la part des familles que des enseignants. Certains parents ont pris un rendez-vous pour leur enfant dans les jours suivant la séance de dépistage, d’autres ont d’ores et déjà changé leurs habitudes alimentaires, notamment au goûter, en réduisant la quantité de sucre donnée.

Les enfants sont, quant à eux, fiers de montrer leurs progrès suite aux conseils. Deux enfants revus lors de la deuxième séance de dépistage : Corentin qui a arrêté de prendre son goûter composé de 3 barres chocolatées, une compote et des bonbons, et un autre enfant a témoigné qu’il se brossait bien mieux les dents.

Les différents partenariats établis dans le département avec le concours de l’UFSBD et la Mutualité française d’Occitanie participent à la prévention de la santé bucco-dentaire, à limiter certaines affections et améliorer la santé de tous.

Message de la Mutualité française Occitanie :

« Une mauvaise santé bucco-dentaire peut avoir un effet néfaste sur la qualité de vie des enfants, leur performance à l'école et leur réussite plus tard dans la vie. Une action en milieu scolaire d’éducation à la santé en lien avec les services de santé scolaire sur la nutrition et le bien-être et l’hygiène bucco-dentaire, ainsi que la promotion de la santé bucco-dentaire envers les encadrants est tout à fait pertinente.

D’ailleurs, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes réaffirme que la prise en charge des soins dentaires est une priorité. En premier lieu, elle vise la prévention qui demeure le meilleur moyen de garantir la santé bucco-dentaire. L’indice carieux s’est amélioré chez les enfants âgés de 6 ans en particulier. Ces progrès sont liés à de nombreux facteurs : meilleure hygiène bucco-dentaire et incitations à une consommation modérée d’aliments et de boissons sucrées.

Pour cela, la mutualité française Occitanie, premier acteur de prévention s’est engagée en 2020 auprès de la CPAM du Tarn-et-Garonne pour accroître et poursuivre ces actions en milieu scolaire. Mais pas que, puisque elle s’intéresse aussi aux femmes enceintes, qui est un public prioritaire concernant la santé bucco-dentaire de leur futur bébé. »

Une campagne de promotion nationale

Alors que la question du non-recours aux soins constitue un sujet de préoccupation majeur durant cette crise sanitaire, notamment en période de confinement, l’Assurance Maladie s’engage aux côtés des chirurgiens-dentistes.

Depuis le 5 février et tout au long de l’année, l’Assurance Maladie mène, une campagne de communication, en TV, sur le digital et les réseaux sociaux pour inciter à la prise de rendez-vous M’T dents et ainsi installer auprès du jeune public une habitude de consultation régulière.

Cette campagne, qui comprend aussi des opérations spéciales en médias et de l’affichage dynamique dans les centres médicaux pluridisciplinaires, sera reconduite également en 2022.

Les conséquences souvent méconnues des problèmes dentaires sur la santé

Par peur d’être contaminés par la Covid-19, la crise a éloigné les patients du suivi des soins indispensables à leur santé bucco-dentaire. Ce renoncement aux soins dentaires peut avoir pour conséquences de différer le diagnostic d’infections dentaires ou de maladies parodontales, mais aussi de laisser s’installer une mauvaise hygiène bucco-dentaire ou des conséquences plus graves.

En effet, au-delà des problématiques liées à la douleur ou à l’esthétisme, les maladies dentaires peuvent provoquer certaines maladies ou en aggraver d’autres. Les problèmes dentaires peuvent en effet avoir des répercussions sur la santé des « sportifs de haut niveau comme du dimanche » (1), mais aussi aggraver le diabète ou un certain nombre d’affections telles que les infections respiratoires, l’obésité, la polyarthrite rhumatoïde.

Une infection dentaire peut également provoquer une inflammation du sinus (2), ou encore favoriser les accouchements prématurés (3). Enfin, certaines toxines ou bactéries provenant d’une bouche présentant une maladie parodontale peuvent être à l’origine de maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, AVC…)(4).

(1) Conduite à tenir face à un patient sportif

(2) Encyclopédie médico-chirurgicale 22-039-B15

(3) Parodontite maternelle et causes d'accouchement prématuré

(4) Maladies cardiovasculaires et maladie parodontale