Évaluation du risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire suite aux différents vaccins anti-Covid-19 chez les adultes de moins de 75 ans en France

Page de téléchargement
Cette étude pharmaco-épidémiologique évalue le risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral (AVC) et d’embolie pulmonaire à la suite des différents vaccins contre la Covid-19 chez les personnes âgées de 18 à 74 ans en France.

Présentation

Cette étude a été conduite par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare constitué par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam).

Il s'agit d'une étude réalisée dans le cadre du dispositif renforcé de surveillance des vaccins contre la Covid-19. Pour plus d'informations sur ce dispositif, consulter le Dossier thématique Covid-19 - Dispositif de surveillance renforcée des vaccins sur le site de l'ANSM.

Suite à l’identification d’un risque potentiel d’hypertension artérielle et à la déclaration d’événements cardiovasculaires aux centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) après l’injection des vaccins contre la Covid-19, le GIS Epi-Phare a réalisé une large étude de pharmaco-épidémiologie, basée sur les données du système national des données de santé (SNDS). Par ailleurs, la Covid-19 est elle-même fortement associée à un risque de complications cardiovasculaires.

La précédente étude, qui portait sur les personnes âgées de 75 ans et plus, n’avait pas mis en évidence d’augmentation du risque d'évènement cardiovasculaire grave après chacune des deux doses du vaccin à ARN messager Comirnaty (Pfizer-BioNtech). Consulter la page Association entre le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer- BioNTech et les événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France.

L'objectif de cette nouvelle étude était de mesurer le risque de survenue des événements cardiovasculaires graves les plus fréquents (infarctus aigu du myocarde, accident vasculaire cérébral - AVC -  ischémique ou hémorragique et embolie pulmonaire) dans les trois semaines suivant l’injection d’un vaccin à ARN messager (Comirnaty de Pfizer-BioNtech, Spikevax de Moderna) ou d'un vaccin à vecteur adénoviral (Vaxzevria d'AstraZeneca-Oxford, Janssen de Johnson & Johnson) chez les personnes âgées de 18 à 74 ans en France.

Cette étude de séries de cas autocontrôlées a porté sur l’ensemble des adultes âgés de 18 à 74 ans vaccinés ou non, admis à l'hôpital en France entre le 27 décembre 2020 (date de mise à disposition des premiers vaccins contre la Covid-19) et le 20 juillet 2021 (date limite de disponibilité des données au moment de la réalisation de l’étude) pour un infarctus aigu du myocarde, un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique, ou une embolie pulmonaire. Sur cette période, dans la population adulte de moins de 75 ans, un total de 18 232 cas d’embolie pulmonaire, 38 054 infarctus du myocarde, 27 626 AVC ischémiques et 10 040 AVC hémorragiques ont été dénombrés. Parmi les 46,5 millions d'adultes de 18 à 74 ans de la population française, au 20 juillet 2021, 31 millions (67 %) avaient reçu au moins une dose d'un vaccin contre la Covid-19.

Les résultats ne mettent pas en évidence de risque augmenté d’infarctus aigu du myocarde, d’AVC ou d’embolie pulmonaire au cours des trois semaines suivant la première ou la deuxième dose des vaccins à ARN messager (Comirnaty et Spikevax). Le risque d'infarctus aigu du myocarde et d'embolie pulmonaire apparait cependant légèrement augmenté au cours de la deuxième semaine suivant l'injection de la première dose de Vaxzevria, de même que le risque d'infarctus aigu du myocarde au cours de la première et de la deuxième semaine suivant l'injection d’une dose de vaccin Janssen.

Cette étude confirme la sécurité des vaccins à ARN messager vis-à-vis du risque d'évènement cardiovasculaire grave chez les adultes. En revanche, les vaccins à adénovirus apparaissent associés à une légère augmentation du risque d'infarctus du myocarde et d'embolie pulmonaire chez les adultes, dans les deux semaines suivant l’injection. Ces résultats corroborent ceux d'autres études internationales, notamment en Israël, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Évaluation du risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire suite aux différents vaccins anti-Covid-19 chez les adultes de moins de 75 ans en France. Janvier 2022.

Informations sur la publication

Propriété Valeur
Thème(s) médicaments et dispositifs médicaux ; pathologies
Mot(s)-clé(s) Covid-19 ; hospitalisation ; maladie cardio-neurovasculaire ; système d'information ; vaccin
Collection Études pharmaco-épidémiologiques
Date de publication janvier 2022
Auteur(s) Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare
Fréquence de parution de la collection ponctuelle

Autres publications de la collection

    • Étude d’utilisation de l’antiviral oral Paxlovid®

      13 septembre 2022

    • Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de plus de 12 ans en France

      22 juillet 2022

    • Efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH en vie réelle parmi les hommes à haut risque d’infection en France

      12 juillet 2022

    • Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France

      07 juillet 2022

    • Risque de méningiome intracrânien avec trois puissants progestatifs

      04 juillet 2022

    • Taux de vaccination pour la Covid-19 des femmes enceintes en France

      01 avril 2022

    • Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de Covid-19 après un schéma vaccinal complet en France

      11 février 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 au sein des départements d’outre-mer

      09 février 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 en France

      11 octobre 2021

    • État des lieux de cinq interventions chirurgicales courantes impliquant des dispositifs médicaux implantables pendant la pandémie de Covid-19

      30 septembre 2021

    • Maladies chroniques, états de santé et risque d'hospitalisation et de décès hospitalier pour Covid-19

      23 juillet 2021

    • Association entre le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer- BioNTech et les événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France

      19 juillet 2021

    • Usage des médicaments en ville durant l'épidémie de Covid-19 : points de situation

      27 mai 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de nomégestrol et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de chlormadinone et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Hydroxychloroquine au long cours et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19

      01 juillet 2020

    • Exposition prolongée à de fortes doses d’acétate de cyprotérone et risque de méningiome chez la femme

      01 juillet 2019

    • Utilisation et risques associés à l'exposition à l'acide valproïque au cours de la grossesse

      01 juin 2018

    • Baclofène en vie réelle en France entre 2009 et 2015 : usage, persistance et sécurité

      01 juin 2017

    • Étude d'impact des mesures de réduction du risque tératogène de Soriatane® (acitrétine)

      01 février 2017

    • Utilisation des biothérapies dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

      01 juin 2016

    • Risque d’embolie pulmonaire, d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’infarctus du myocarde chez les femmes sous contraceptif oral combiné

      01 juin 2013

    • Utilisation du baclofène pour le sevrage alcoolique en France entre 2007 et 2012

      01 juin 2013

    • Risque de survenue de cancers et insuline glargine chez les patients diabétiques de type 2

      01 juillet 2012

    • Risque de cancer de la vessie chez les personnes diabétiques traitées par pioglitazone en France

      01 juin 2011