Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de plus de 12 ans en France

Page de téléchargement
Ces études pharmaco-épidémiologiques mesurent le risque de myocardite et de péricardite après la vaccination contre la Covid-19, chez les personnes de 12 à 50 ans (deux premières études) et de plus de 12 ans (troisième étude) en France.

Présentation

Ces études ont été conduites par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare constitué par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam).

Les études ont été faites à partir des données du système national des données de santé (SNDS) chaînées aux données des systèmes nationaux d’information sur la vaccination contre la Covid-19 (VAC-SI) et sur les tests de dépistage du SARS-CoV-2 (SI-DEP).

Il s'agit de rapports réalisés dans le cadre du dispositif renforcé de surveillance des vaccins contre la Covid-19. Pour plus d'informations sur ce dispositif, consulter sur le site de l'ANSM : le Dossier thématique Covid-19 - Dispositif de surveillance renforcée des vaccins ainsi que les points de situation sur la surveillance des vaccins contre la Covid-19 à retrouver dans les Actualités.

Les myocardites (inflammation du muscle cardiaque) et les péricardites (inflammation de la membrane qui entoure le cœur) sont causées, la plupart du temps, par une infection virale comme la Covid-19 et surviennent plutôt chez des hommes jeunes. Dans la majorité des cas, l’état de santé des patients s’améliore de lui-même ou à l’aide d’un traitement. Depuis juillet 2021, les myocardites et les péricardites sont considérées comme un effet indésirable pouvant survenir rarement suite à une vaccination par Comirnaty (Pfizer-BioNTech) ou Spikevax (Moderna).

De premières analyses menées dans des pays nordiques et aux États-Unis suggèrent que chez les hommes jeunes, le risque de myocardite et péricardite serait plus élevé après Spikevax (Moderna), qu’après vaccination par Comirnaty (Pfizer-BioNTech). En France, les données de pharmacovigilance ont mis en évidence un taux de notification des cas de myocardite chez les hommes de 18 à 29 ans plus important après un schéma complet avec le vaccin Spikevax (Moderna) qu’avec Comirnaty (Pfizer-BioNTech). Une évaluation de ce signal est en cours au niveau européen. Pour plus d'informations, consulter l'article Meeting highlights from the Pharmacovigilance Risk Assessment Committee (PRAC) 25-28 October 2021 sur le site de l'European Medicines Agency (EMA).

Dans ce contexte, le GIS Epi-Phare a conduit trois études, la deuxième étant l'actualisation de la première. L'objectif était de caractériser le risque de myocardite et de péricardite avec les vaccins à ARN messager (Pfizer-BioNTech et Moderna).

La première étude porte sur l'ensemble des cas de myocardite ou de péricardite survenus en France chez des personnes âgées de 12 à 50 entre le 15 mai et le 31 août 2021. La deuxième étude inclut les cas survenus jusqu'au 31 octobre 2021. La troisième étude a été réalisée à partir de l’ensemble des cas confirmés de myocardite chez des personnes âgées de 12 ans et plus (sans âge maximum) admises dans les hôpitaux français entre le 27 décembre 2020 et le 31 janvier 2022, avec l'évaluation de l’effet sur le risque de myocardite de la première dose de rappel (troisième dose) et du délai entre les différentes doses.

 

Première étude : données au 31 août 2021 pour les personnes de 12 à 50 ans

Cette première étude cas-témoins a porté sur toutes les personnes âgées de 12 à 50 ans hospitalisées en France pour une myocardite ou une péricardite entre le 15 mai et le 31 août 2021, soit 919 cas de myocardites et 917 cas de péricardites. Ces cas ont été appariés respectivement à 9 190 témoins (pour la myocardite) et 9 170 témoins (pour la péricardite) de même âge, sexe et département de résidence. Les risques de survenue d’une hospitalisation pour myocardite ou péricardite ont été comparés entre les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées.

Cette étude confirme que la vaccination par Comirnaty (Pfizer-BioNTech) et Spikevax (Moderna) augmente le risque de myocardite et péricardite dans les 7 jours suivant la vaccination. Ce risque apparaît plus marqué chez les jeunes hommes de moins de 30 ans en particulier après de la deuxième dose de Spikevax (Moderna), même si le nombre de cas apparaît peu fréquent au regard du nombre élevé de doses administrées. La vaccination par Spikevax (Moderna) serait à l’origine de 132 cas de myocardite supplémentaires par million de doses administrées.

Bien que la survenue d’une myocardite soit moins fréquente que chez les hommes, ce risque est également augmenté chez les jeunes femmes de moins de 30 ans parmi lesquelles l’excès de cas attribuables à la deuxième dose de Spikevax (Moderna) serait de l’ordre de 37 par un million de doses. Concernant le risque de péricardite, il apparaît lui aussi plus marqué après le vaccin Spikevax (Moderna) chez les personnes de moins de 30 ans, en particulier après la deuxième dose qui serait à l’origine d’un excès de cas atteignant de l’ordre de 18 par un million de doses chez les jeunes hommes.

De façon rassurante, l’évolution clinique des cas de myocardite et de péricardite apparaît généralement favorable. Sur la période étudiée, aucun décès n’a été rapporté parmi les personnes hospitalisées pour une myocardite ou une péricardite suite à la vaccination.

Ces nouvelles données de pharmaco-épidémiologie ne remettent pas en cause le rapport bénéfice/risque des vaccins contre la Covid-19 Comirnaty (Pfizer-BioNTech) et Spikevax (Moderna), dont l’efficacité contre les formes graves de Covid-19 est de l’ordre de 90 %. Pour plus d'informations, consulter la page Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 en France. Ces données sont partagées au niveau européen avec l’European Medicines Agency (EMA) dans le cadre de l’évaluation en cours, ainsi qu’à la Haute Autorité de santé (HAS) au niveau national.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de 12 à 50 ans en France. Novembre 2021.

Deuxième étude : données actualisées au 31 octobre 2021 pour les personnes de 12 à 50 ans

Dans l'étude précédente portant sur l’ensemble des cas de myocardite et de péricardite survenus en France chez des personnes âgées de 12 à 50 ans entre le 15 mai et le 31 aout 2021, les risques augmentés d’hospitalisation pour myocardite ou péricardite dans les 7 jours après l’administration de chacun des deux vaccins à ARN messager, BNT162b2 (Comirnaty, Pfizer-BioNTech) et mRNA-1273 (Spikevax, Moderna), avaient été mis en évidence. L’association était la plus marquée chez les personnes de 12 à 29 ans et après la deuxième dose du vaccin mRNA-1273. Les résultats montraient également une évolution clinique des cas généralement favorable à très court terme.  

Cette nouvelle étude est une analyse actualisée de la première, qui inclut tous les cas survenus jusqu’au 31 octobre 2021. Les objectifs sont de compléter la première étude en précisant les estimations de risques parmi les adolescents et les jeunes adultes et en décrivant plus finement la sévérité des cas de myocardites et péricardites survenant après la vaccination.

Les résultats montrent que le risque de myocardite et de péricardite est augmenté au cours de la première semaine suivant l’administration des deux vaccins chez les hommes et les femmes. L’excès estimé de cas de myocardite est le plus important chez les hommes entre 18 et 24 ans, atteignant 4,7 [3,8-5,8] cas pour 100 000 deuxièmes doses de Comirnaty (Pfizer-BioNTech) et 17 [13-23] cas pour 100 000 deuxièmes doses de Spikevax (Moderna).

Un excès de cas est également mis en évidence, mais à moindre ampleur, chez les adolescents de 12 à 17 ans avec des estimations atteignant respectivement 1,9 [1,4–2,6] cas pour 100 000 deuxièmes doses du vaccin Comirnaty (Pfizer-BioNTech) et 3,2 [0–150] cas pour 100 000 deuxièmes doses du vaccin Spikevax (Moderna). Chez les adolescentes de 12 à 17 ans, l’estimation d’excès de cas est de 0,4 [0,17–0,88] cas pour 100 000 deuxièmes doses du vaccin Spikevax (Moderna).

Un risque augmenté de péricardite est également retrouvé dans les sept jours après la deuxième dose de chaque vaccin chez les hommes et les femmes de 12 à 50 ans. La durée de séjour hospitalier des cas survenus après exposition récente à un vaccin à ARN messager (quatre jours en médiane) est équivalente à celle des non vaccinés. En revanche, séjour en réanimation, ventilation, et décès étaient moins fréquents en cas d’hospitalisation après exposition à un vaccin à ARN messager. Par ailleurs, l’infection par le SARS-CoV-2 dans le mois précédent est fortement associée à la survenue de myocardite (odds-ratio ajusté : 9,0 [6,4–13]) ou de péricardite (odds-ratio ajusté : 4,0 [2,7–5,9]).

Cette étude confirme et mesure l’amplitude d’un risque accru de myocardite et de péricardite dans la semaine suivant la vaccination contre le Covid-19 par les vaccins à ARN messager, en particulier la deuxième dose du vaccin Spikevax (Moderna), chez les hommes et les femmes âgés de 12 à 50 ans. Les cas de myocardite et de péricardite suivant la vaccination n’apparaissent pas plus graves que ceux survenant en dehors de la vaccination.

Cette étude a fait l'objet d'une publication dans une revue scientifique à comité de lecture : Le Vu S, Bertrand M, Jabagi MJ et al. Age and sex-specific risks of myocarditis and pericarditis following Covid-19 messenger RNA vaccines. Nat Commun 13, 3633 (2022), consultable sur le site Nature Communications.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de 12 à 50 ans en France - Données actualisées au 31 octobre 2021. Avril 2022.

Troisième étude : données du 27 décembre 2020 au 31 janvier 2022 pour les personnes de plus de 12 ans

La précédente étude avait montré un risque accru mais peu fréquent d’évolution favorable de myocardite dans la semaine suivant la vaccination contre le Covid-19 par les vaccins à ARN messager, c'est-à-dire Comirnaty (Pfizer-BioNTech) et Spikevax (Moderna), en particulier après la deuxième dose du vaccin Spikevax chez les hommes et les femmes âgés de 12 à 50 ans.

La première dose de rappel (troisième dose)  par un vaccin à ARN messager a été approuvée au début du mois de septembre 2021 pour les personnes âgées de 65 ans et plus et a été étendue aux adultes de 18 ans et plus le 27 novembre 2021. Le vaccin Spikevax, dont l’usage pour la campagne de rappel avait été suspendu à partir du 15 octobre 2021, a été de nouveau disponible en rappel à partir du 8 novembre 2021, mais recommandé uniquement pour les personnes âgées de plus de 30 ans.

L’efficacité de cette première dose de rappel avec un vaccin à ARN messager a été évaluée dans une autre étude à plus de 80 % contre les hospitalisations pour Covid-19 pour les personnes de plus de 18 ans qui étaient préalablement vaccinées par deux doses de vaccin. Pour plus d'informations, consulter l'étude Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France.

Cette troisième étude vise à mesurer l’effet du premier rappel (troisième dose) et du délai entre les doses de l’autre sur le risque de myocardite, avec un vaccin à ARN messager. L’étude a inclus les 4 890 cas de myocardite chez des personnes âgées de 12 ans ou plus, admises dans les hôpitaux français entre le 27 décembre 2020 et le 31 janvier 2022, ainsi que 48 900 témoins.

Le risque de myocardite est augmenté au cours de la première semaine suivant l’administration de la troisième dose des vaccins Comirnaty et Spikevax, mais avec un risque moindre pour la troisième dose par rapport à la deuxième.

L’excès de cas de myocardites associé à la troisième dose est estimé globalement à 0,25 cas pour 100 000 doses du vaccin Comirnaty et 0,29 cas pour 100 000 doses du vaccin Spikevax, correspondant à 1 cas de myocardite attribuable à la vaccination pour l’administration de 398 000 troisièmes doses de Comirnaty et de 340 000 troisièmes doses de Spikevax. Les excès de cas les plus importants ont été observés chez hommes de moins de 30 ans, avec un maximum de 1,2 cas pour 100 000 troisièmes doses de Comirnaty, ce qui correspond à 1 cas de myocardite pour 87 000 troisièmes doses.

Pour les deux vaccins Comirnaty et Spikevax, le risque de myocardite associé aux deuxième et troisième doses diminue avec l’allongement du délai entre les doses successives.

Cette étude montre ainsi d’une part que le risque de myocardite est augmenté pour la première dose de rappel (troisième dose), quoique de façon moins marquée qu'après la deuxième dose, et d’autre part qu’il diminue avec l’allongement de la durée entre les doses. Pour autant, les myocardites associées aux vaccins à ARN messager restent des évènements peu fréquents au regard du nombre de personnes exposées.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Vaccins Covid-19 à ARN messager et risque de myocardite : effets de la troisième dose et du délai entre les doses. Juillet 2022.

Informations sur la publication

Propriété Valeur
Thème(s) médicaments et dispositifs médicaux ; pathologies
Mot(s)-clé(s) Covid-19 ; hospitalisation ; maladie cardio-neurovasculaire ; système d'information ; vaccin
Collection Études pharmaco-épidémiologiques
Date de publication juillet 2022
Auteur(s) Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare
Fréquence de parution de la collection ponctuelle

Autres publications de la collection

    • Évaluation de l’impact des mesures de réduction du risque de méningiomes intracrâniens lié à l’utilisation de fortes doses d’acétate de cyprotérone

      01 décembre 2022

    • Suivi de l’utilisation de Truvada® ou de ses génériques pour une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH

      29 novembre 2022

    • Étude d’utilisation de l’antiviral oral Paxlovid®

      28 novembre 2022

    • Utilisation en France des vaccins monovalents et bivalents à ARN messager contre la Covid-19 du 3 octobre au 13 novembre 2022

      25 novembre 2022

    • Utilisation des biosimilaires des anti-TNF alpha en France

      16 novembre 2022

    • Recours à l’oxygénothérapie à domicile pour une infection à SARS-CoV-2 en 2021 en France

      19 octobre 2022

    • Efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH en vie réelle parmi les hommes à haut risque d’infection en France

      12 juillet 2022

    • Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France

      07 juillet 2022

    • Risque de méningiome intracrânien avec trois puissants progestatifs

      04 juillet 2022

    • Taux de vaccination pour la Covid-19 des femmes enceintes en France

      01 avril 2022

    • Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de Covid-19 après un schéma vaccinal complet en France

      11 février 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 au sein des départements d’outre-mer

      09 février 2022

    • Évaluation du risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire suite aux différents vaccins anti-Covid-19 chez les adultes de moins de 75 ans en France

      18 janvier 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 en France

      11 octobre 2021

    • État des lieux de cinq interventions chirurgicales courantes impliquant des dispositifs médicaux implantables pendant la pandémie de Covid-19

      30 septembre 2021

    • Maladies chroniques, états de santé et risque d'hospitalisation et de décès hospitalier pour Covid-19

      23 juillet 2021

    • Association entre le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer- BioNTech et les événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France

      19 juillet 2021

    • Usage des médicaments en ville durant l'épidémie de Covid-19 : points de situation

      27 mai 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de nomégestrol et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de chlormadinone et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Hydroxychloroquine au long cours et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19

      01 juillet 2020

    • Exposition prolongée à de fortes doses d’acétate de cyprotérone et risque de méningiome chez la femme

      01 juillet 2019

    • Utilisation et risques associés à l'exposition à l'acide valproïque au cours de la grossesse

      01 juin 2018

    • Baclofène en vie réelle en France entre 2009 et 2015 : usage, persistance et sécurité

      01 juin 2017

    • Étude d'impact des mesures de réduction du risque tératogène de Soriatane® (acitrétine)

      01 février 2017

    • Utilisation des biothérapies dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

      01 juin 2016

    • Utilisation du baclofène pour le sevrage alcoolique en France entre 2007 et 2012

      01 juin 2013

    • Risque d’embolie pulmonaire, d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’infarctus du myocarde chez les femmes sous contraceptif oral combiné

      01 juin 2013

    • Risque de survenue de cancers et insuline glargine chez les patients diabétiques de type 2

      01 juillet 2012

    • Risque de cancer de la vessie chez les personnes diabétiques traitées par pioglitazone en France

      01 juin 2011