Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France

Page de téléchargement
Cette étude pharmaco-épidémiologique mesure l’ampleur et la durabilité de l’efficacité de la troisième dose de vaccin à ARN messager vis-à-vis du risque d’hospitalisation pour Covid-19, durant la période du 15 septembre 2021 au 31 janvier 2022.

Présentation

Cette étude a été conduite par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare constitué par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam).

Il s'agit d'un rapport réalisé dans le cadre du dispositif renforcé de surveillance des vaccins contre la Covid-19. Pour plus d'informations sur ce dispositif, consulter sur le site de l'ANSM : le Dossier thématique Covid-19 - Dispositif de surveillance renforcée des vaccins.

Deux précédentes études Epi-Phare avaient montré que la vaccination (deux doses) est efficace à 90 % pour réduire les formes graves de Covid-19 chez les personnes de plus de 50 ans en France. Pour plus d'information, consulter ces études en anglais : Bouillon K, Baricault B, Botton J, et al. Effectiveness of BNT162b2, mRNA-1273, and ChAdOx1-S vaccines against severe covid-19 outcomes in a nationwide mass vaccination setting: cohort study. BMJ Medicine 2022;1 sur le site BMJ Medicine et Botton J, Dray-Spira R, Baricault B, Drouin J, Bertrand M, Jabagi MJ, Weill A, Zureik M. Reduced risk of severe COVID-19 in more than 1.4 million elderly people aged 75 years and older vaccinated with mRNA-based vaccines, Vaccine, Volume 40, Issue 3, 2022, pages 414-417 sur le site ScienceDirect.

La première dose de rappel par un vaccin à ARNm a été approuvée au début du mois de septembre 2021 pour les personnes âgées de 65 ans et plus et a été étendue aux adultes de 18 ans et plus le 27 novembre 2021.

L'objectif de cette étude, réalisée à partir des données du système national des données de santé (SNDS), était de mesurer l’ampleur et la durabilité de l’efficacité de la première dose de rappel (troisième dose de vaccination) par un vaccin à ARN messager (Comirnaty - Pfizer-BioNTech - ou Spikevax - Moderna), vis-à-vis du risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France. Cette étude a été menée du début de la campagne de rappel en septembre 2021 au 31 janvier 2022. Elle tient compte du passage d’une circulation prédominante du variant Delta (B.1.617.2) au variant Omicron (B.1.1.529).

La période d'étude s'étend  du 15 septembre 2021 au 31 janvier 2022. Cette étude de cohorte a inclus l’ensemble des 37,3 millions de personnes âgées de 18 ans et plus en France qui, au 15 septembre 2021, avaient reçu deux doses d’un vaccin contre le SARS-CoV-2. Parmi elles, 30 millions ont reçu une première dose de rappel et 27 718 ont été hospitalisées pour Covid-19 (parmi lesquelles 9 910 avaient reçu le rappel et 17 808 ne l’avaient pas reçu).

L’administration d’une dose de rappel (troisième dose) par un vaccin à ARN messager, en comparaison à l’administration de deux doses uniquement, a été estimée efficace à 83 % dans la prévention des hospitalisations pour Covid-19. Cette réduction du risque d’hospitalisation était plus marquée (89 %) dans les deux mois suivant le rappel, puis elle diminuait progressivement ensuite pour atteindre 78 % au-delà de quatre mois après le rappel.

L’efficacité de la dose de rappel vis-à-vis du risque d’hospitalisation pour Covid-19 atteignait 85 % au cours de la période où le variant Delta était prédominant (période du 15 septembre au 1er décembre 2021) et 81 % au cours de la période où le variant Omicron était prédominant (période du 26 décembre 2021 au 31 janvier 2022).

Au cours de la période de prédominance du variant Omicron, l’efficacité de la première dose de rappel par un vaccin à ARN messager vis-à-vis du risque d’hospitalisation était de 82 % dans les 14 jours suivant le rappel, puis elle diminuait pour atteindre 72 % (intervalle de confiance - IC 95 % : 69 % - 74 %) au-delà de trois mois post rappel. Au cours de cette même période, les analyses par spécialité de vaccins autorisés à être administrés pour une dose de rappel, montraient que l'efficacité de la dose de rappel vis-à-vis du risque d’hospitalisation pour Covid-19 était de 81 % pour le vaccin Comirnaty (Pfizer) et de 85 % pour le vaccin Spikevax (Moderna).

En conclusion, les résultats montrent que la protection vaccinale contre l’hospitalisation pour Covid-19 augmente rapidement après une dose de rappel par un vaccin à ARN messager parmi les personnes préalablement vaccinées par deux doses d’un vaccin anti-Covid-19 et ce durant les périodes où chacun des deux variants, Delta et Omicron, étaient prédominants. Cette protection diminuerait cependant au cours du temps.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France durant la période du 15 septembre 2021 au 31 janvier 2022 : étude de cohorte parmi 37 millions de sujets doublement vaccinés. Juillet 2022.

Informations sur la publication

Propriété Valeur
Thème(s) médicaments et dispositifs médicaux ; pathologies
Mot(s)-clé(s) Covid-19 ; hospitalisation ; système d'information ; vaccin
Collection Études pharmaco-épidémiologiques
Date de publication juillet 2022
Auteur(s) Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare
Fréquence de parution de la collection ponctuelle

Autres publications de la collection

    • Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de plus de 12 ans en France

      22 juillet 2022

    • Efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH en vie réelle parmi les hommes à haut risque d’infection en France

      12 juillet 2022

    • Risque de méningiome intracrânien avec trois puissants progestatifs

      04 juillet 2022

    • Taux de vaccination pour la Covid-19 des femmes enceintes en France

      01 avril 2022

    • Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de Covid-19 après un schéma vaccinal complet en France

      11 février 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 au sein des départements d’outre-mer

      09 février 2022

    • Évaluation du risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire suite aux différents vaccins anti-Covid-19 chez les adultes de moins de 75 ans en France

      18 janvier 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 en France

      11 octobre 2021

    • État des lieux de cinq interventions chirurgicales courantes impliquant des dispositifs médicaux implantables pendant la pandémie de Covid-19

      30 septembre 2021

    • Maladies chroniques, états de santé et risque d'hospitalisation et de décès hospitalier pour Covid-19

      23 juillet 2021

    • Association entre le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer- BioNTech et les événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France

      19 juillet 2021

    • Usage des médicaments en ville durant l'épidémie de Covid-19 : points de situation

      27 mai 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de nomégestrol et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de chlormadinone et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Hydroxychloroquine au long cours et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19

      01 juillet 2020

    • Exposition prolongée à de fortes doses d’acétate de cyprotérone et risque de méningiome chez la femme

      01 juillet 2019

    • Utilisation et risques associés à l'exposition à l'acide valproïque au cours de la grossesse

      01 juin 2018

    • Baclofène en vie réelle en France entre 2009 et 2015 : usage, persistance et sécurité

      01 juin 2017

    • Étude d'impact des mesures de réduction du risque tératogène de Soriatane® (acitrétine)

      01 février 2017

    • Utilisation des biothérapies dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

      01 juin 2016

    • Risque d’embolie pulmonaire, d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’infarctus du myocarde chez les femmes sous contraceptif oral combiné

      01 juin 2013

    • Utilisation du baclofène pour le sevrage alcoolique en France entre 2007 et 2012

      01 juin 2013

    • Risque de survenue de cancers et insuline glargine chez les patients diabétiques de type 2

      01 juillet 2012

    • Risque de cancer de la vessie chez les personnes diabétiques traitées par pioglitazone en France

      01 juin 2011