Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 en France

Page de téléchargement
Ces études pharmaco-épidémiologiques comparent l’incidence des hospitalisations pour Covid-19 chez les personnes de 50 ans et plus vaccinées par rapport aux personnes non vaccinées (études en vie réelle sur 22,6 millions de personnes au total) en France.

 

Présentation

Plusieurs études ont été conduites par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare constitué par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam).

Dans le cadre du dispositif renforcé de surveillance des vaccins contre la Covid-19, ces études pharmaco-épidémiologiques ont pour objectif de comparer l’incidence des hospitalisations pour Covid-19 chez les personnes de 50 ans et plus vaccinées en France par rapport aux personnes non vaccinées. Les deux dernières études en vie réelle publiées en octobre 2021 portent sur 22,6 millions de personnes au total : 15,4 millions de personnes âgées de 50 à 74 ans et 7,2 millions de personnes âgées de 75 ans et plus.

Leurs résultats confirment l’impact majeur de la vaccination. Les vaccins Comirnaty (Pfizer-BioNTech), Spikevax (Moderna) et Vaxzevria (AstraZeneca) sont efficaces à plus de 90 % contre les formes graves de Covid-19 chez les personnes de 50 ans et plus, et ce, jusqu’à au moins cinq mois après un schéma complet (dernières données disponibles). Cela signifie que les personnes vaccinées ont 9 fois moins de risque d'être hospitalisées ou de décéder de la Covid-19 que les personnes non vaccinées.

Ces études montrent également que la réduction du risque d’hospitalisation pour Covid-19 semble avoir persisté au début de l’apparition du variant Delta en France. Ces résultats seront actualisés par Epi-phare en lien avec l’ANSM et la Cnam. Ils permettront de mesurer l’évolution de l’efficacité sur une plus longue période et de mieux caractériser les effets du variant Delta.

Les trois études réalisées à ce jour par Epi-Phare à partir des données du système national des données de santé (SNDS) portent sur :

  • les personnes âgées de 75 ans et plus – premiers résultats ;
  • les personnes âgées de 75 ans et plus – actualisation jusqu'au 20 juillet 2021 ;
  • les personnes âgées de 50 à 74 ans.

Pour plus d'informations sur le dispositif de surveillance renforcée des vaccins, consulter le dossier thématique COVID-19 - Dispositif de surveillance renforcée des vaccins sur le site de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)

Rapports sur les personnes âgées de 75 ans et plus (premiers résultats et actualisation)

La vaccination contre la Covid-19 a débuté en France le 27 décembre 2020, d’abord chez les résidents d’établissements accueillant des personnes âgées, puis chez les personnes âgées de 75 ans et plus et celles souffrant de pathologies à haut risque, quel que soit leur âge. Les vaccins initialement recommandés pour ces populations étaient les vaccins à ARN messager (Pfizer-BioNTech et Moderna).

La première étude d’Epi-phare a été réalisée entre le 27 décembre 2020 et le 24 février 2021 sur plus de 4 millions de Français âgés de 75 ans et plus.

Epi-phare a poursuivi son étude chez 7,2 millions de personnes âgées de 75 ans et plus (3,6 millions vaccinées comparées à 3,6 millions non vaccinées) jusqu’au 20 juillet 2021.

Premiers résultats

La première étude d’Epi-phare, réalisée entre le 27 décembre 2020 et le 24 février 2021 sur plus de 4 millions de Français âgés de 75 ans et plus. Elle montre que le risque de forme grave de Covid-19 diminue de 87 % chez les personnes de 75 ans et plus, dès 7 jours après l’injection de la deuxième dose. Cela signifie qu’elles ont 9 fois moins de risque d'être hospitalisées pour Covid-19 que les personnes de 75 ans et plus non vaccinées.

Au total, 1 422 461 personnes de 75 et plus vaccinées entre le 27 décembre 2020 et le 24 février 2021 (soit 89 % du nombre total de personnes vaccinées en France sur la période) et 2 631 108 personnes non vaccinées de même âge, sexe, région et type de résidence (hébergement en Ehpad/ULSD ou non) ont été suivies pendant une durée médiane de 40 jours et 38 jours respectivement. Parmi les personnes vaccinées, 92 % l’avaient été par le vaccin Comirnaty (Pfizer-BioNTech). Chez les personnes qui avaient reçu deux doses, le délai médian entre les doses était de 28 jours.

Ce travail a utilisé les données du système d’information Vaccin Covid chaînées au système national des données de santé (SNDS), qui fournit des informations individuelles sur l’ensemble des consommations de soins et des hospitalisations de la quasi-totalité (99 %) de la population résidant en France.

Ces résultats ont été actualisés par Epi-Phare dans le rapport publié en octobre 2021.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Estimation de l’impact de la vaccination chez les personnes âgées de 75 ans et plus sur le risque de formes graves de Covid-19 en France à partir des données du système national des données de santé (SNDS) – Premiers résultats. Mai 2021.

Actualisation des résultats au 20 juillet 2021

Epi-phare a poursuivi son étude chez 7,2 millions de personnes âgées de 75 ans et plus (3,6 millions vaccinées comparées à 3,6 millions non vaccinées) jusqu’au 20 juillet 2021.

Chez les personnes âgées de 75 ans et plus, 85,3 % avaient reçu Comirnaty (Pfizer-BioNTech), 8,7 % Spikevax (Moderna) et 6,1 % Vaxzevria (AstraZeneca). Les résultats montrent un effet majeur de la vaccination sur la réduction du risque d’hospitalisation après un schéma complet, soit une efficacité supérieure à 90 % pour chaque vaccin. Cette réduction est du même ordre de grandeur pour le risque de décès au cours d’une hospitalisation pour Covid-19.

L’efficacité de la vaccination sur les formes graves de Covid-19 ne semble pas diminuer sur la période de suivi disponible. En effet, chez les personnes de 75 ans et plus, la réduction du risque d’hospitalisation pour Covid-19 atteignait 94 % cinq mois après pour l'ensemble des vaccins.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Estimation de l’impact de la vaccination chez les personnes âgées de 75 ans et plus sur le risque de formes graves de Covid-19 en France à partir des données du système national des données de santé (SNDS) – Actualisation jusqu'au 20 juillet 2021. Octobre 2021.

Rapport sur les personnes âgées de 50 à 74 ans

La vaccination a été élargie aux personnes âgées de 50 ans et plus à partir du 19 février 2021. Une seconde étude a donc été réalisée pour suivre 15,4 millions de personnes âgées de 50 à 74 ans (7,7 millions vaccinées comparées à 7,7 millions non vaccinées).

Chez les personnes vaccinées âgées de 50 à 74 ans, 53,6 % avaient reçu le vaccin Comirnaty (Pfizer-BioNTech), 7,1 % Spikevax (Moderna) et 39,2 % Vaxzevria (AstraZeneca). Les résultats montrent également un effet majeur de la vaccination sur la réduction du risque d’hospitalisation après un schéma complet, soit une efficacité supérieure à 90 % pour chaque vaccin. Cette réduction est du même ordre de grandeur pour le risque de décès au cours d’une hospitalisation pour Covid-19.

L’efficacité de la vaccination sur les formes graves de Covid-19 ne semble pas diminuer sur la période de suivi disponible. En effet, chez les personnes de 50 à 74 ans, la réduction du risque d’hospitalisation pour Covid-19 atteignait 97 % cinq mois après pour l'ensemble des vaccins.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Estimation de l’impact de la vaccination chez les personnes de 50 à 74 ans sur le risque de formes graves de Covid-19 en France à partir des données du système national des données de santé (SNDS). Octobre 2021.

Informations sur la publication

Propriété Valeur
Thème(s) médicaments et dispositifs médicaux ; pathologies
Mot(s)-clé(s) Covid-19 ; hospitalisation ; système d'information ; vaccin
Collection Études pharmaco-épidémiologiques
Date de publication octobre 2021
Auteur(s) Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare
Fréquence de parution de la collection ponctuelle

Autres publications de la collection

    • Étude d’utilisation de l’antiviral oral Paxlovid®

      13 septembre 2022

    • Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de plus de 12 ans en France

      22 juillet 2022

    • Efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH en vie réelle parmi les hommes à haut risque d’infection en France

      12 juillet 2022

    • Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France

      07 juillet 2022

    • Risque de méningiome intracrânien avec trois puissants progestatifs

      04 juillet 2022

    • Taux de vaccination pour la Covid-19 des femmes enceintes en France

      01 avril 2022

    • Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de Covid-19 après un schéma vaccinal complet en France

      11 février 2022

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 au sein des départements d’outre-mer

      09 février 2022

    • Évaluation du risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire suite aux différents vaccins anti-Covid-19 chez les adultes de moins de 75 ans en France

      18 janvier 2022

    • État des lieux de cinq interventions chirurgicales courantes impliquant des dispositifs médicaux implantables pendant la pandémie de Covid-19

      30 septembre 2021

    • Maladies chroniques, états de santé et risque d'hospitalisation et de décès hospitalier pour Covid-19

      23 juillet 2021

    • Association entre le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer- BioNTech et les événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France

      19 juillet 2021

    • Usage des médicaments en ville durant l'épidémie de Covid-19 : points de situation

      27 mai 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de nomégestrol et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de chlormadinone et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Hydroxychloroquine au long cours et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19

      01 juillet 2020

    • Exposition prolongée à de fortes doses d’acétate de cyprotérone et risque de méningiome chez la femme

      01 juillet 2019

    • Utilisation et risques associés à l'exposition à l'acide valproïque au cours de la grossesse

      01 juin 2018

    • Baclofène en vie réelle en France entre 2009 et 2015 : usage, persistance et sécurité

      01 juin 2017

    • Étude d'impact des mesures de réduction du risque tératogène de Soriatane® (acitrétine)

      01 février 2017

    • Utilisation des biothérapies dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

      01 juin 2016

    • Utilisation du baclofène pour le sevrage alcoolique en France entre 2007 et 2012

      01 juin 2013

    • Risque d’embolie pulmonaire, d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’infarctus du myocarde chez les femmes sous contraceptif oral combiné

      01 juin 2013

    • Risque de survenue de cancers et insuline glargine chez les patients diabétiques de type 2

      01 juillet 2012

    • Risque de cancer de la vessie chez les personnes diabétiques traitées par pioglitazone en France

      01 juin 2011