Hydroxychloroquine au long cours et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19

01 juillet 2020
Catégorie(s) :

Cette publication pharmaco-épidémiologique présente deux études complémentaires sur l'hydroxychloroquine au long cours et la Covid-19.

Présentation

Cette publication a été conduite par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare constitué par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam).

L'objectif de cette publicaton était de savoir si les patients sous antipaludéen de synthèse (APS, hydroxychloroquine au long cours) dans le cadre de maladies auto-immunes étaient moins à risque de Covid-19 ou présentaient des formes moins sévères.

Deux types d’études complémentaires ont été réalisées à partir des données du système national des données de santé (SNDS) et des informations recueillies à partir des séjours hospitaliers (PMSI) liés à la Covid-19 : une étude de type « observé – attendu » (étude 1) et une étude de cohorte exposés/non-exposés (étude 2).

Les analyses ont porté sur les données issues de la remontée du 2 juin 2020 qui comprenait les informations de 71 901 patients hospitalisés pour Covid-19 sur l’ensemble du territoire national. Les évènements étudiés étaient le risque d’hospitalisation, le risque d’intubation oro-trachéale et le risque de décès pour Covid-19 comparés aux risques en population générale. Les résultats ont mis en évidence un sur-risque d’hospitalisation, d’intubation et de décès liés au Covid-19 parmi les patients sous APS au long cours par rapport à la population générale française. Les analyses réalisées suggèrent que ce sur-risque est expliqué par les caractéristiques liées à la pathologie chronique sous-jacente justifiant l’utilisation des APS au long cours, notamment la co-médication par corticoïdes oraux, plutôt que par l’exposition aux APS elle-même. Ces résultats ne suggèrent pas de rôle préventif de l’utilisation des APS au long cours pour les évènements étudiés et ne plaident pas en faveur d’une utilisation préventive de l’hydroxychloroquine dans la population, y compris la population la plus à risque, et ce en dehors d’essais thérapeutiques dédiés.

Citer cette étude : Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare. Utilisation au long cours d’antipaludéens de synthèse et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19. Juillet 2020.

Informations sur la publication

Propriété Valeur
Thème(s) médicaments et dispositifs médicaux ; pathologies
Collection Études pharmaco-épidémiologiques
Date de publication juillet 2020
Auteur(s) Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare
Fréquence de parution de la collection ponctuelle
Mot(s)-clé(s) Covid-19 ; hospitalisation ; maladie chronique ; système d'information

Autres publications de la collection