Utilisation des biothérapies dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

  • maladie chronique
  • pratique médicale
  • suivi de la consommation de soins
  • système d'information
  • Études pharmaco-épidémiologiques
Cette étude pharmaco-épidémiologique présente l’évolution des prescriptions des biothérapies indiquées dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI).

Présentation

L’étude a été conduite par le Département des études en santé publique de la Caisse nationale de l'Assurance Maladie (à la Direction de la stratégie, des études et des statistiques).

L’objectif de cette étude était d’évaluer l’évolution des prescriptions des biothérapies indiquées dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) et d’estimer la part des prescriptions de première intention. Les MICI comprennent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, pathologies invalidantes évoluant par poussées entrecoupées de périodes de rémission et entrainant des hospitalisations et interventions chirurgicales fréquentes. On estime à 200 000 le nombre de patients atteints en France. Deux types de traitements d’entretien permettent de diminuer la fréquence et l’intensité des poussées : les immunosupresseurs classiques de type thiopurines, indiqués en première intention, et certaines biothérapies de type anti-TNF, plus coûteuses, et qui restent surtout des traitements de deuxième intention.

Les données médico-administratives de l’assurance maladie (Sniiram) et du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) ont permis de montrer que le nombre de patients ayant instauré un traitement par anti-TNF est passé de 4 571 à 5 875 entre 2011 et 2013 (progression de 29 %). Plus spécifiquement, ce sont surtout les patients traités par anti-TNF en première intention, sans prescription d’immunosuppresseurs dans les 12 mois précédant, qui ont augmenté, leur nombre passant de 2 100 à 3 007 entre 2011 et 2013 (+43 %). Le nombre de patients ayant initié les deux traitements en même temps a augmenté de 50 % (379 patients en 2011 et 570 en 2013). Ces patients avaient toutefois été plus souvent hospitalisés ou opérés pour leur maladie préalablement à l’instauration du traitement, indiquant qu’ils étaient plus sévèrement atteints. Les résultats rapportés ci-dessus étaient observés à la fois pour la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. En conclusion, une progression rapide des prescriptions d’anti-TNF dans l’indication des MICI a été observée en France entre 2011 et 2013. L’étude suggère une évolution des pratiques médicales, avec des anti-TNF de plus en plus souvent prescrits en première intention, aux dépens des thiopurines.

Cette étude a fait l'objet d'une publication dans une revue scientifique à comité de lecture : Blotière PO, Rudant J, Barré A, Racine A, Weill A, Peyrin-Biroulet L, Carbonnel F, Alla F. Conditions of prescription of anti-TNF agents in newly treated patients with inflammatory bowel disease in France (2011-2013). Digestive Liver Disease. 2016 Jun;48(6):620-5, consultable sur le site ScienceDirect.

Citer cette étude : Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam). Utilisation des biothérapies dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Juin 2016.

Informations sur la publication

Propriété Valeur
Thème(s) médicaments et dispositifs médicaux ; pathologies
Mot(s)-clé(s) maladie chronique ; pratique médicale ; suivi de la consommation de soins ; système d'information
Collection Études pharmaco-épidémiologiques
Date de publication juin 2016
Auteur(s) Caisse nationale de l'Assurance Maladie (Cnam)
Fréquence de parution de la collection ponctuelle

Autres publications de la collection

    • Évaluation du risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire suite aux différents vaccins anti-Covid-19 chez les adultes de moins de 75 ans en France

      18 janvier 2022

    • Association entre les vaccins Covid-19 à ARN messager et la survenue de myocardite et péricardite chez les personnes de 12 à 50 ans en France

      08 novembre 2021

    • Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 en France

      11 octobre 2021

    • État des lieux de cinq interventions chirurgicales courantes impliquant des dispositifs médicaux implantables pendant la pandémie de Covid-19

      30 septembre 2021

    • Maladies chroniques, états de santé et risque d'hospitalisation et de décès hospitalier pour Covid-19

      23 juillet 2021

    • Association entre le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer- BioNTech et les événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France

      19 juillet 2021

    • Usage des médicaments en ville durant l'épidémie de Covid-19 : points de situation

      27 mai 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de nomégestrol et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Utilisation prolongée de l’acétate de chlormadinone et risque de méningiome intracrânien

      29 avril 2021

    • Hydroxychloroquine au long cours et risque de survenue de formes graves ou létales de la Covid-19

      01 juillet 2020

    • Exposition prolongée à de fortes doses d’acétate de cyprotérone et risque de méningiome chez la femme

      01 juillet 2019

    • Utilisation et risques associés à l'exposition à l'acide valproïque au cours de la grossesse

      01 juin 2018

    • Baclofène en vie réelle en France entre 2009 et 2015 : usage, persistance et sécurité

      01 juin 2017

    • Étude d'impact des mesures de réduction du risque tératogène de Soriatane® (acitrétine)

      01 février 2017

    • Utilisation du baclofène pour le sevrage alcoolique en France entre 2007 et 2012

      01 juin 2013

    • Risque d’embolie pulmonaire, d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’infarctus du myocarde chez les femmes sous contraceptif oral combiné

      01 juin 2013

    • Risque de survenue de cancers et insuline glargine chez les patients diabétiques de type 2

      01 juillet 2012

    • Risque de cancer de la vessie chez les personnes diabétiques traitées par pioglitazone en France

      01 juin 2011