« Une occasion pour des jeunes de découvrir la diversité de nos métiers »

10 février 2021

Portrait de Marie Gabrielle Dubreuil
Bloc(s) de contenus: 

L’Assurance Maladie recrute actuellement près de 7 000 enquêteurs sanitaires pour assurer sa mission de contact tracing, le dispositif pour arrêter plus vite les chaînes de transmission du virus. Marie-Gabrielle Dubreuil, directrice des ressources humaines des réseaux de l’Assurance Maladie, nous présente ces opportunités d’emplois qui s’offrent pour des jeunes qui, aujourd’hui, sont durement touchés par la crise sanitaire.

Pourquoi avoir lancé une campagne de recrutement sur le contact tracing ?

Marie-Gabrielle Dubreuil : Il était essentiel de renforcer nos équipes pour garantir l’efficacité de la stratégie « Tester, alerter, protéger » face à l’épidémie, mais aussi pour assurer la poursuite de certaines de nos activités « cœur de métier » qui ont pu être ralenties en raison de la priorité donnée au contact tracing.

Quand nous avons mis en place le dispositif de contact tracing en mai 2020, ce sont les salariés de nos organismes qui se sont mobilisés pour contacter les personnes positives à la Covid-19 et leurs cas contact. Ensuite, lorsque les contaminations sont reparties à la hausse courant août, nous avons commencé à renforcer nos équipes en recrutant des personnes en contrat à durée déterminée (CDD) pour s’adapter à l’évolution rapide et importante de la charge de travail. Aujourd’hui, alors que la crise sanitaire se prolonge, nous avons décidé d’étendre ces recrutements. Au total, ce sont plus de 6 000 personnes qui interviennent 7 jours sur 7 sur cette activité de contact tracing.

Comment donneriez-vous envie à un candidat de postuler ?

Marie-Gabrielle Dubreuil : Tout d’abord, je lui dirais qu’il aura le sentiment de faire un métier vraiment utile, au service de l’intérêt général : en tous cas, c’est ce que disent les enquêteurs sanitaires que je rencontre ! Ils ont, je crois, l’impression de contribuer concrètement, à leur échelle, à lutter contre la pandémie. Et ils racontent aussi que la partie relationnelle de l’activité apporte beaucoup de satisfaction. Autre avantage : les personnes recrutées sont formées et accompagnées et peuvent ainsi enrichir leurs compétences.

Combien de personnes recrutez-vous et sur quels profils ?

Marie-Gabrielle Dubreuil : Nous recrutons actuellement 5 800 CDD et 1 200 contrats à durée indéterminée (CDI) sur toute la France.

Pour les CDI, les nouveaux salariés exerceront d’abord leurs fonctions au service du contact tracing. Puis, si le contexte sanitaire s'améliore et les besoins en effectifs d’enquêteurs sanitaires sont moindres, ils exerceront des missions répondant aux besoins à plus long terme de nos organismes : gestion des prestations, relation clients, accompagnement des assurés, promotion des services, etc. Un point important : nous recrutons des enquêteurs sanitaires qui seront en contact direct avec les assurés, mais aussi des managers et des superviseurs.

Nous recherchons des personnes ayant de bonnes capacités relationnelles et de conviction, ainsi qu’un grand respect des procédures et des consignes, une qualité essentielle sur une mission de sécurité sanitaire. Les candidats doivent, par ailleurs, savoir s’adapter rapidement à l’évolution des règles et mesures d’accompagnement des patients positifs à la Covid-19 et des cas contact.

En quoi ces emplois peuvent-ils être particulièrement intéressants pour des étudiants ?

Marie-Gabrielle Dubreuil : Ces postes permettent aux étudiants de travailler le week-end ou à d’autres moments de la semaine lorsqu’ils ne suivent pas des cours. Ils peuvent ainsi accéder à un revenu d’appoint, en cette période où ils sont nombreux à faire face à des difficultés financières. Plus largement, il s’agit d’une belle occasion pour les jeunes de découvrir la diversité de nos métiers, alors même que leur entrée sur le marché de l’emploi est rendue plus compliquée par la crise sanitaire.

Au-delà de cette campagne, comment l’Assurance Maladie agit-elle pour l’emploi des jeunes ?

Marie-Gabrielle Dubreuil : Nos organismes ont à cœur de donner leur chance à un maximum de jeunes talents. En 2019, nous avons, par exemple, accueilli 236 jeunes en alternance et 6 425 stagiaires, ainsi que 420 volontaires engagés du service civique. Nous investissons par ailleurs de manière très significative pour former les jeunes qui nous rejoignent. Nous nous sommes aussi engagés dans la mobilisation nationale #1jeune1solution, avec l’ambition de donner un vrai élan à l’emploi des jeunes.