Une convention partenariale signée avec le Secours populaire

10 septembre 2020

Bloc(s) de contenus: 

L’Assurance Maladie et le Secours populaire ont signé le 22 juillet une convention-cadre pour favoriser le développement de partenariats locaux favorisant l’accompagnement des personnes dans leur accès aux droits à l’Assurance Maladie et aux soins.

La signature de cette nouvelle convention cadre s’inscrit dans la continuité d’une démarche initiée depuis plusieurs mois par la direction de l'intervention sociale et de l'accès aux soins (DISAS) de la Cnam qui vise à renforcer à l’échelle nationale et locale les partenariats avec les organismes institutionnels, les associations et autres types de structures.

Ces conventions-cadre ont pour ambition de développer des partenariats rapprochés, efficaces et fluides entre l’Assurance Maladie et ces acteurs et institutions au service d’une amélioration de l’accompagnement des personnes, et notamment celles en situation de fragilité, dans leur accès aux droits à l’Assurance Maladie et aux soins.

En lien direct avec les publics fragiles, ces acteurs de terrains observent régulièrement l’absence de couverture maladie, des renoncements aux soins (notamment pour raisons financières), la relégation des problèmes de santé face aux urgences du quotidien ou l’absence de structure de soins à proximité pour les prendre en charge… Les bénévoles engagent alors le dialogue avec les personnes aidées, sur les difficultés rencontrées en matière de santé et d’accès aux soins, et travaillent à leur résolution en synergie avec les organismes de Sécurité sociale, de santé et l’ensemble des acteurs du champ médico-social.

Avec ces conventions-cadres, la Cnam incite l’ensemble des organismes du réseau à travailler en étroit partenariat avec ces acteurs associatifs, institutions et travailleurs sociaux, à les accompagner dans leur action quotidienne pour favoriser l’accès aux droits, et à élaborer un partenariat local s’il n’existe pas encore pour fluidifier les échanges et le traitement des dossiers complexes notamment. Formation des bénévoles sur l’accès aux droits et aux soins et la détection aux renoncements aux soins, mise à disposition d’outils d’information, mis en place d’action « d’aller-vers »… les initiatives sont multiples et dépendent des besoins de chaque territoire et de chaque structure.

Des conventions similaires ont été signées précédemment avec la FNMF, Adoma et les Restos du cœur ; d’autres sont en cours de signature.