Quand les collaborateurs de l’Assurance Maladie deviennent acteurs de la transition durable

L'Assurance Maladie est convaincue que ses collaborateurs ont un rôle majeur à jouer dans la transition écologique durable. Régulièrement, depuis plusieurs années, des actions de sensibilisation ont été menées auprès d’eux. Cette année, l’ambition était de les rendre acteurs de cette transition durable.

Un challenge écologique de l’Assurance Maladie, en droite ligne des engagements nationaux

Depuis plus de 15 ans, l’Assurance Maladie intègre les enjeux liés au développement durable dans sa stratégie et ses activités. Les enjeux sociétaux liés au dérèglement climatique concernent en effet l’ensemble des acteurs de service public, dont l’Assurance Maladie fait partie. De plus, l’impact sanitaire avéré de ce dérèglement résonne fortement pour tous les acteurs du système de santé.

Consciente du rôle exemplaire qu'elle doit jouer, l'Assurance Maladie s'est d’ailleurs engagée, dans la convention d’objectifs et de gestion (COG) 2018-2022, à réduire de 2 % par an sa consommation d’énergie.

Pour y parvenir, de nombreuses actions sont déployées par les services en charge de l’immobilier dans les organismes du réseau de l'Assurance Maladie, notamment des projets pour améliorer l’efficacité énergétique à travers des travaux de rénovation de l’existant ou lors de la construction de nouveaux bâtiments. Toutefois, il serait faux de croire que seules ces opérations immobilières d’envergure permettent de réduire les émissions de CO2. Les collaborateurs ont également un rôle à jouer en matière de transition durable. Régulièrement, depuis plusieurs années, des actions de sensibilisation sont donc portées auprès d’eux. Cette année, l’ambition était de les rendre acteurs au quotidien de cette transition durable, à travers l’organisation de ce premier challenge écologique de l’Assurance Maladie.

Une forte participation

Plus de 1 500 collaborateurs ont  participé à « Mon challenge écologique ». Ils peuvent être fiers de leur engagement, qui a permis au total d’économiser 44 tonnes d’équivalent CO2 et 1 million de litres d’eau. Preuve en chiffres  que chacun a un rôle à jouer aussi à son niveau.

Retour sur cette mobilisation en vidéo

Voix off : L'engagement environnemental de l'Assurance Maladie est inscrit de longue date dans sa stratégie et ses activités.

Pour vous sensibiliser aux enjeux de la transition durable, nous vous avons invité en septembre dernier à participer au premier Challenge environnemental de l'Assurance Maladie.

Thomas Fatôme, directeur général de la Cnam : Ce challenge écologique vient marquer l'attention de l'Assurance Maladie sur ces sujets de transition écologique qui, depuis une quinzaine d'années, font partie des politiques publiques que l'Assurance Maladie, avec nos autres collègues de la Sécurité sociale, ont, je dirais, pris à bras le corps pour pouvoir s'engager dans un certain nombre de démarches de RSO et de prise en compte des enjeux de la transition écologique.

Voix off : En effet, il faut savoir que le parc immobilier de l'Assurance Maladie, c'est plus de 1,7 million de m², ce qui représente plus de 20 % de nos émissions de gaz à effet de serre.

Nous devons donc être particulièrement exemplaires dans notre gestion immobilière et promouvoir une utilisation durable de nos ressources.

Mathieu Frélaut, directeur de la CPAM de l’Orne : C'est une politique qui est menée depuis des années. Par exemple, sur toutes les actions que l'on fait pour améliorer la protection énergétique du bâtiment. Ce sont aussi toutes les actions que l'on mène pour limiter l'utilisation du papier. Et c'est aussi via l'utilisation notamment des outils de téléconférence, la limitation des déplacements inutiles et onéreux.

Toutefois, il serait faux de croire que seuls les travaux immobiliers d'envergure permettent de réduire nos émissions.

Voix off : Vous avez tous également un rôle à jouer dans la transition durable.

La preuve en adoptant au quotidien des éco-gestes, les consommations d'énergie de l'Assurance Maladie ont été réduites de 31 % en dix ans.

Avec mon challenge écologique, un coup d'accélérateur a été donné : pendant deux semaines, vous avez été plus de 1550 à réaliser des défis simples et ludiques.

Autant d'éco-gestes qui ont permis d'économiser 44 tonnes de CO2 et plus d'un million de litre d'eau, et ce, sur l'ensemble du territoire.

Comme à la CPAM de l'Orne, où les collaborateurs se sont particulièrement engagés.

Anaëlle Cormier, membre de l’équipe Ecotime 61 : On a beaucoup appris sur notre quotidien, nos gestes simples. On utilise beaucoup moins de plastique, on consomme plus local et au travail on évite de laisser les ordinateurs en veille.

Selma Mujkic, membre de l’équipe Ecotime 61 : Ça nous permet de changer nos modes de vie, d'être plus sensibilisés à une réduction d'énergie, à la consommation au général, à l'eau qu'on dépense beaucoup moins maintenant.

Anaëlle Cormier, membres de l’équipe Ecotime 61 : Nous avons organisé la Clean Walk, un soir après notre journée de travail pour nettoyer les alentours de notre accueil. Et puis on a fait un repas végétarien tous ensemble, côté sympa et amusant.

Voix off : Mon challenge écologique a aussi permis de soutenir l'Association Noé, qui lutte pour la préservation de la biodiversité. Pour chaque participant, une cagnotte était alimentée de 1 €.

Marion Mauuarin, responsable communication et collecte chez ONG Noé : Aujourd'hui, ce sont les activités humaines qui font peser des menaces importantes sur la biodiversité.

On sait que c'est la nature qui va nous fournir de l'air, de l'eau qui nous permet de produire nos aliments, nos médicaments. Donc, sans la nature, il n'y a pas d'humanité, il n'y a pas d'hommes. Raison pour laquelle le combat de Noé reste si important.

Voix off : Ce challenge, comme toute action environnementale passée et à venir de l'Assurance Maladie, contribue à faire de vous tous des acteurs éco citoyen.

 

Alors continuons ensemble à relever les défis de demain.

En cours de chargement...