« Pour ma santé, je dis oui au numérique » : une campagne d’information sur l’éthique du numérique

08 octobre 2020

Pour ma santé, je dis oui au numérique
Bloc(s) de contenus: 

Le ministère des Solidarités et de la santé par sa délégation ministérielle au numérique en santé (DNS) lance aujourd’hui une campagne nationale afin de promouvoir les bénéfices du numérique en santé et d’en clarifier les critères éthiques autour d’un mot d’ordre simple : « Pour ma santé, je dis oui au numérique ».

Prise de rendez-vous, démarches de préadmission, consultation ou suivi médical à distance... Le numérique fait évoluer les pratiques de soins ! Elle permet plus de qualité dans la prise en charge des patients, de coordination pour les professionnels et de fluidité pour tous. Certaines réticences peuvent persister, liées souvent à une méconnaissance de ces bénéfices, à la crainte d’une relation soignant-soigné « déshumanisée » ou à une appropriation partielle des nouvelles technologies. Le numérique en santé ne peut être bénéfique que s’il est responsable, protecteur, humanisé.

Pour promouvoir les usages et réaffirmer la nécessité d’une approche encadrée et sécurisée, le ministère des Solidarités et de la santé mène une campagne d’information autour d’un mot d’ordre accessible à tous : « Pour ma santé, je dis oui au numérique ». Présente en ligne, sur www.santé.fr et www.ameli.fr, sur les réseaux sociaux et par le biais de journées régionales dédiées, cette campagne s’articule autour de 4 pastilles vidéos mettant à l’honneur la confiance de Patrick, Maya, Marion et Agnès dans le numérique en santé et les garanties qu’il offre.

Éthique du numérique en santé : 4 cas d'usage (vidéo)

Patrick doit se faire opérer d’un adénome de la prostate. Il a opté pour la pré-admission en ligne. Une démarche totalement sécurisée.

[Patrick et son amie arrivent au bureau des admissions.]

Ainsi, Patrick n’a pas eu besoin de prendre avec lui tous ses documents et résultats d’examens. C’est plus pratique, plus rapide et plus confidentiel. Après les vérifications d’usages, Patrick est prêt à s’installer dans sa chambre. Quand le chirurgien arrive dans la chambre de Patrick, il dispose de toutes les informations utiles, grâce au dossier patient informatisé de l’hôpital, accessible sur le réseau sécurisé de l’établissement. Tout est clair pour lui. Et du coup, il a plus de temps pour répondre aux questions de Patrick.

Une fois rentré chez lui, Patrick a son rendez-vous post opératoire à distance, en téléconsultation avec le chirurgien qui l’a opéré. Inutile de se déplacer, il lui suffit de se connecter à son espace sécurisé, sur le portail patient de l’hôpital. [Patrick est en téléconsultation avec son médecin à partir de son PC.]

Aujourd’hui, son chirurgien vient d’y déposer une ordonnance pour des examens de biologie, à réaliser dans un laboratoire à côté de chez lui. [Un document à télécharger apparaît sur l’écran de l’ordinateur de Patrick.]

Patrick est satisfait de sa prise en charge. Pour sa santé, il dit oui au numérique.

Maya est enceinte de 5 mois et demi. Elle est en vacances avec son compagnon. Soudain, Maya ne se sent pas bien. Son compagnon décide d’appeler le 15. Il explique la situation au médecin du SAMU. Celui-ci a besoin d’en savoir plus sur l’état de santé de Maya. Comme elle a autorisé l’accès en urgence à son Dossier Médical Partagé, le médecin peut y accéder sur la route.  Avec les informations du DMP de Maya, et après auscultation et examens complémentaires, le médecin diagnostique un diabète gestationnel. Maya est hospitalisée quelques jours. À l’issu du séjour, le médecin hospitalier dépose le compte rendu d’hospitalisation dans le DMP de Maya. Il l’envoie également par messagerie sécurisée, au gynécologue désigné par Maya qui la suit pendant sa grossesse. Quelques jours plus tard, revenue chez elle, Maya consulte son gynécologue.

Celui-ci a bien reçu le compte-rendu d’hospitalisation. Il récupère toutes les informations et les examens qui lui seront utiles pour le suivi de Maya au cours de sa grossesse.

Pour sa santé, Maya dit oui au numérique.

Arthur a 2 ans. Il tousse beaucoup et a vraiment du mal à respirer. Marion, sa maman, est inquiète. Elle a entendu à la radio qu’il y avait une épidémie de bronchiolite. Elle veut en savoir plus et se connecte à santé.fr : un site d’information de santé validé par l’état. Les infos sont pratiques et fiables. Elle se fait une idée plus claire de la maladie. Elle y apprend qu’elle peut demander une téléconsultation au pédiatre qui suit son fils, et obtient un rendez-vous en urgence. [Sur la tablette de Marion, on suit la téléconsultation avec son pédiatre.]

Le pédiatre confirme le diagnostic de bronchiolite, et poste sur le Dossier Médical Partagé d’Arthur une ordonnance électronique pour de la kiné respiratoire. Marion ne perd pas de temps. À partir de la liste de kinés de son quartier, fournie par géolocalisation sur santé.fr, elle programme un rendez-vous pour des séances à domicile.

Pour la santé de sa famille, Marion dit oui au numérique.

Agnès a pris rendez-vous chez son médecin traitant. Il y a plusieurs cas de cancer du sein dans sa famille. Elle est inquiète et se demande quel est son risque d’être elle-même atteinte par la maladie. [Agnès se rend chez son médecin.] Le professionnel de santé se connecte avec ses codes d’accès, à un site qui propose un algorithme de calcul de risque personnalisé de cancer du sein. L’algorithme a été créé à partir des données de femmes, dont certaines ont les mêmes caractéristiques qu’Agnès. Pour Agnès, le risque est modéré. Son médecin lui propose une surveillance adaptée. Elle est rassurée, et sent que son médecin met toutes les chances de son côté. Impressionnée par les connaissances pratiques et utiles qu’apportent toutes ces données, elle autorise sans hésiter son médecin à utiliser ses propres informations, de façon anonyme bien sûr, afin d’enrichir la base de données et de contribuer ainsi à la recherche scientifique.

Pour sa santé et celle des autres, Agnès dit oui au numérique !

[Logo ministère des Solidarités et de la santé]

Ce film a été réalisé par la cellule Ethique de la délégation ministérielle du Numérique en santé.

© Délégation ministérielle au numérique en santé (DNS)

La campagne bénéficie du relais actif de France assos santé, de la direction générale de l’offre de soins, de la Fédération hospitalière de France, du groupe VYV avec les établissements de santé du groupe MGEN et MesDocteurs, du Collège de la médecine générale, de la Fédération des spécialités médicales, de l’Union nationale des professionnels de santé, de la Société française de santé digitale, de l’Association des entreprises de télémédecine et du Health data hub.

Une cellule ministérielle dédiée à l’éthique du numérique en santé

La délégation ministérielle au numérique en santé (DNS) s’est dotée d’une cellule éthique dont l’objectif est de faire de l’éthique un élément central du virage numérique en santé, notamment grâce à la mise à disposition d’outils pratiques de sensibilisation, d’évaluation et de labellisation pour les professionnels, les usagers, les industriels et les décideurs. L’objectif est de créer la confiance, facteur d’adhésion, et d’encourager les usages du numérique en santé en l’inscrivant dans une éthique responsable et respectueuse des droits et devoirs de tous.