Le meilleur traitement au meilleur coût pour sauvegarder notre système : l’exemple de la metformine

Assurer la pérennité du système de santé français et faire en sorte qu’il demeure toujours aussi protecteur est un enjeu majeur pour l’Assurance Maladie. L’institution met ainsi tout en œuvre pour garantir son efficacité mais aussi son efficience, c’est-à-dire le rapport entre sa qualité et son coût, au bénéfice de tous. Cette recherche, identifiée sous le nom de « gestion du risque », s’incarne notamment cet automne à travers une campagne visant à réaffirmer la place de la metformine en tant que médicament de référence dans la prise en charge du diabète de type 2.

 

Le bon usage de la metformine pour les prescripteurs et les utilisateurs

Lancée en octobre, une campagne de sensibilisation et d’information menée par l’Assurance Maladie auprès des médecins, des pharmaciens et des assurés fait la promotion de l’usage de la metformine, un médicament prescrit dans le traitement du diabète de type 2. Pourquoi la metformine garde-t-elle toujours une place centrale dans la stratégie thérapeutique contre cette affection en 2021 ? Comment bien la prescrire ? Comment accompagner le patient ? Autant de questions auxquelles la campagne apporte des réponses qui visent à rendre à la metformine sa place parfois perdue de médicament socle dans la prise en charge du diabète.

Médicament sûr, efficace et économique, la metformine est prescrite de longue date par les généralistes. C’est le traitement qui cause le moins d’effets secondaires aux patients et dont la prescription en première intention est recommandée par la Société francophone du diabète (SFD) et le Collège de la médecine générale (CMG).

L’Assurance Maladie en promeut donc l’usage, à travers différentes actions :

  • visites des délégués de l’Assurance Maladie (DAM), aidés le cas échéant de médecins-conseils, aux professionnels de santé pour leur porter les recommandations en vigueur ;
  • mise à disposition sur ameli.fr de multiples ressources en matière de bon usage de la metformine, dans des formats facilitant la consultation sur smartphone, tablette ou ordinateur. Le « Mémo : la metformine en points clés » détaille notamment l’intérêt thérapeutique, la posologie, les situations particulières... le tout illustré d’infographies de synthèse et d’un quiz ;
  • partage d’interviews d’experts sur la metformine : celles du Pr Frappé, président du Collège de la médecine générale, et du Pr Thivolet, président de la Société francophone du diabète ;
  • enfin, diffusion de conseils destinés aux patients.

La gestion du risque : un enjeu en pleine transformation

La gestion du risque couvre un large spectre d’actions allant de la prévention à la lutte contre la fraude, et cible aussi bien les assurés que les professionnels et établissements de santé, voire le monde de l’entreprise. C’est, de longue date, une priorité pour l’Assurance Maladie. Aujourd’hui, les modalités de gestion du risque sont en pleine évolution.

Le déploiement des maisons de santé pluridisciplinaires et l’exercice pluriprofessionnel, notamment, invitent à adopter une approche plus collective dans l’accompagnement des professionnels de santé autour de la question de la gestion du risque. Les actions tendent aussi à cibler un plus grand spectre de professionnels de santé : médecins généralistes libéraux mais aussi spécialistes, hôpitaux, etc.

Pour mieux les soutenir dans l’évolution de leurs pratiques et favoriser encore leur engagement pour la santé publique et une meilleure qualité de soins, l’Assurance Maladie renouvelle donc ses stratégies d’accompagnement en renforçant encore sa posture de service : de nouvelles modalités, plus en phase avec les standards en vigueur en matière de communication santé, se déploient progressivement.

D’une manière générale, l’ambition de l’Assurance Maladie pour les années à venir est de privilégier une approche globale et intégrée, construite autour des problématiques de parcours de soins et de prise en charge de pathologies chroniques ou de populations particulières. Ce positionnement s’illustre d’ores et déjà à travers différentes initiatives, dont par exemple la signature d’un accord de partenariat entre l’Assurance Maladie et la Haute Autorité de santé (HAS), portant notamment sur l’amélioration de la prise en charge de l’insuffisance cardiaque, l’obésité et la maladie rénale chronique.

En cours de chargement...